Révoltées

Révoltées, Rageot, octobre 2018

25623_CV_REVOLTEES_BAT.indd

C’est un livre important pour moi. J’ai longtemps réfléchi avant d’aborder la période révolutionnaire, et je me suis dit que le centenaire était l’occasion.Je tenais à donner la parole à des jeunes qui ont cru pouvoir changer le monde, en faisant abstraction de la dictature qui a suivi. Leur laisser cette liberté, le temps d’un livre. Et oser parler de leurs rêves sans être impactée par l’avenir. Je me suis donc autorisée à ne pas faire l’amalgame entre ce moment qu’est la révolution et le régime totalitaire qui a suivi.

Sartre disait : « Un roman est une nuit sans présage ». Je me suis plongée dans une semaine de la révolution sans tenir compte de l’après.

Car dans un roman, l’avenir est une page blanche.

L’avant-propos qu’a écrit Valentine Goby est la plus belle présentation du roman que je puisse proposer :

« Le rêve et le possible
On pourrait écrire : c’est un roman autour de la Révolution russe d’octobre 1917.
Mais aussi : c’est l’aventure de sœurs jumelles, semblables à ce Janus à deux visages, soudées et distinctes pourtant.
Et encore : c’est une histoire d’amour.
Ou bien : c’est une plongée dans la vie d’une troupe de théâtre, en pleine tourmente de l’Histoire.
Et même : c’est le récit d’amitiés que l’engagement questionne.
Révoltées est tout cela à la fois, dense et vibrant à l’image de la jeunesse, son insatiable appétit d’expériences et de rêves. Ce roman incarne la Révolution russe à travers des personnages fous d’avenir qui, il y a cent ans, pris dans les glaces d’une société quasi féodale ravagée par les inégalités sociales et par une guerre absurde, décidèrent de ré-enchanter le monde. Leur utopie s’appelle pour les uns théâtre et poésie – les vers solaires de Maïakovski scintillent de chapitre en chapitre ; pour les autres elle a le nom rouge et tranchant de bolchévisme. Aux yeux de quelques-uns elle doit embrasser d’un même mouvement l’art et la politique, au risque de confisquer à l’art sa liberté.
C’est dans les rêves de ces jeunes gens que nous plonge le roman haletant de Carole Trébor, et le bouillonnement de leurs interrogations. Car une révolution est toujours pleine d’outrances, elle incendie et forge à la fois, elle est mort et renaissance, espoir et terreur, lumière et barbarie. La jeune Léna, radicale, épouse complètement la cause bolchévique, risque sa vie avec ses amis sur les barricades, sacrifie le bonheur présent pour une croyance éperdue dans le monde à venir, et son enthousiasme fustige les tièdes ; sa beauté naît de cette incandescence. Tatiana, sa jumelle, confronte cet idéal aux nécessités immédiates – travailler, se nourrir, se soigner, prendre soin de la grand-mère aveugle, rester fidèle aux camarades de l’enfance, préoccupations qui enracinent l’existence dans le présent, et donnent à l’espérance en un monde meilleur les traits d’un luxe lointain. Tatiana est la pente douce, incertaine, sa beauté naît de ses fragilités, qui la font si humaine. Léna et Tatiana, et les figures qui les entourent, incarnent ce dialogue de deux révolutionnaires dans le roman Quatre-vingt treize de Victor Hugo, cité en exergue de ce livre :
Te voilà en plein songe [dit Cimourdain]
C’est-à-dire en pleine réalité [dit Gauvain]
C’est la puissance de la littérature que de faire surgir d’événements singuliers, datés et situés, des réflexions universelles. Changer le monde est un projet soufflé à l’oreille des hommes sur toute la terre, et il n’a pas plus de fin que le conflit entre l’idéal et le possible. Léna, Tatiana, Piotr, Vitali et sa troupe d’artistes, chacun à leur façon nous tendent des miroirs à travers le siècle : ils parlent de nous, ici et maintenant, de nos rêves aux mille visages. »

Sélection à des Prix

  • Prix Livre et Musique, Deauville 2018

Les médias en parlent

ELLE, 24 novembre 2017 : « (…) toute la magie de Révoltées, c’est de faire jaillir d’événements datés des réflexions universelles », Sandrine Mariette.

Sélection Montreuil, Aujourd’hui en France, 29 novembre 2017 : « Tu aimeras aussi Révoltées », Sandrine Bajos.

Historia, octobre 2017 : « Un beau roman empli de bruit, de fureur, de poésie et de passion à lire à partir de 12 ans », VD.

Le Parisien, 28 octobre 2017 :  « Ce roman historique, qui raconte une période décisive pour la Russie, est un petit bijou qu’on a du mal à lâcher. Une œuvre féministe aussi sur l’engagement de deux adolescentes qui rêvent de construire un nouveau monde, deux révoltées qui veulent être libres », S.B.

L’Humanité, 2 novembre 2017 : « Ce beau livre destiné à un public adolescent est une plongée dans la vie romanesque de deux jeunes sœurs jumelles dans le Moscou de 1917. Voici qui va détonner, pour un-e lecteur-trice de 12 à 18 ans, par rapport à la plupart des livres pour la jeunesse qui n’évoquent que très rarement et la Russie et la révolution », JL.

Coup de coeur de Lilou dans Les Enfants des Livres, France Info

Coup de coeur culture de France Info, Gilbert Chevalier, dimanche 26 novembre 2017

Bon plan du Monde des Ados

Coup de coeur de la librairie Comptines de Bordeaux dans Citrouille Hebdo

Et sur les blogs, merci à eux

* Coup de coeur du site Histoire d’en lire
* Coup de coeur du blog Un bouquin sinon rien, Pause Earl Grey
* Coup de coeur Netgalley
* coup de coeur du blog Les lectures d’Agathe
* Le blog  Livre à profusion
*  Le blog Livre libre, le monde.fr
* Le blog de petit elfe
* Le blog La bibliothèque de Caro
* coup de coeur du blog Alec à la bibliothèque
* Le blog Lirado
* Le blog Echapées
* coup de coeur Mel’Lectures
* coup de coeur du blog Les dream-dream d’une bouquineuse
 * conseillé par Le blog Le goût du risque
ELLE, spécial Montreuil
ELLE, Sandrine Mariette
Aujourd'huienFrance, spécial Montreuil
Aujourd’hui en France, Sandrine Bajos