Navigation entre maths, Histoire, féminisme et romanesque

Grâce à la sortie de mon roman Combien de pas jusqu’à la Lune, cette rentrée littéraire ne ressemble à aucune autre : lectures théâtrales, tables rondes, conférences dans des lycées ou des salons du livre, débats dans des classes et rencontres intimistes en librairie sont autant d’occasions de questionner de multiples thèmes et de tirer les fils  évoqués dans le livre.

Et j’ai aussi la joie de croiser régulièrement mon roman et mon album Gromislav dans des vitrines et sur les tables des librairies !

vitrine tschan

Dans  la vitrine de la  librairie Tschann, Paris 14ème

Screenshot_20191114-003639

Bien entourée à la librairie française de Rome 🙂

dav
Vitrine de la librairie Le Divan Perché, Paris 15ème.   Gromislav en bonne compagnie
dav
Avec Christine Sauvage, super libraire des Lettres Voisines à Voisin le Bretonneux, Yvelines, septembre 2019

Je me retrouve à parler de l’art et de  la manière d’aborder les maths dans le genre romanesque, à expliquer en quoi c’est important de le faire.  Maths et roman constituent a priori deux domaines inconciliables ou si éloignés l’un de l’autre… Or par respect pour Katherine Johnson, j’ai souhaité que les maths soient incarnées dans mon livre. Ainsi des chapitres sont-ils consacrés à des  cours de maths. Ils  mettent en scène des élèves et leurs professeurs. Ces derniers ont certes existé mais ils ont  surtout une dimension romanesque pour le lecteur.  On les connaît, on ressent  une empathie envers eux, leurs comportements nous émeuvent… Pour cela, j’ai décrit leur vie lors de chapitres précédents, implanté cette petite graine qui fait qu’on s’attache à eux, qu’on s’intéresse à leur sort, qu’ils soient profs de maths ou lycéens afro-américains.

verdun lycée

Conférence au lycée de Verdun, novembre 2019

J’ai même intégré des équations, que j’ai parfois résolues moi-même : pas toujours avec facilité, mais pour être au plus près de mes personnages (des élèves en train de suer sur leurs exercices par exemple).
D’autres équations  de très-très haut niveau – qui correspondent aux trajectoires des vaisseaux dans l’espace – sont également présentes dans le roman pour montrer la beauté des formules mathématiques. Leur valeur esthétique n’est pas sans rappeler celle des oeuvres d’art abstrait.

Leur complexité est aussi mystérieuse que fascinante, d’autant si on lit le roman et qu’on comprend à quoi elles servent concrètement.

IMG_2946         IMG_2945

Conférence aux Rendez-vous de L’histoire, salon de Bois, octobre 2019

IMG_2947(1)

Alors quand une jeune fille de Terminale littéraire m’avoue que ce roman lui a « montré le bon côté des maths », qu’une adolescente m’annonce que le destin de Katherine Johnson « lui a donné envie de tout donner », ou qu’une femme s’étonne d’avoir été « transportée jusqu’à la lune à côte de Katherine Johnson, alors qu’elle était nulle en maths », je ne peux que me réjouir. Tout comme me font plaisir les yeux  brillants des profs  devant ce modèle inspirant. Souhaitons que Cécile Ribault-Caillol, journaliste des Enfants des Livres sur France Info ait raison lorsqu’elle affirme : « voilà le roman qui vous fera aimer les maths« .

IMG_2951(1)

En dédicace, octobre 2019

Je  participe aussi à des tables rondes plus spécifiques, consacrées à l’état des lieux de la culture scientifique en France. Nous y  discutons des différentes façons de donner envie aux adolescents de s’intéresser aux sciences, en dehors du contexte « cours de maths ou de physique » qui provoque souvent rejet, peurs, élitisme ou passion… Ainsi à la librairie Millepages de Vincennes, ai-je eu la chance de débattre avec le passionnant Mickaël Launay (Le grand roman des maths), puis lors d’une table ronde avec le CRDP de Saint Quentin en Yvelines, avec des spécialistes aux profils variés.

Rendre les maths plus humaines, attractives, populaires : vaste mission.

De multiples pistes sont  proposées par les différents intervenants :

IMG_20191017_193955

Une retranscription graphique par Guillaume Monnain (association Akenium) d’un débat avec Yohan Apeiron (youtubeur scientifique), et Pierre-François Mouriaux (journaliste Air et Cosmos), septembre 2019

Et puis, il y a les questions récurrentes des élèves sur le roman :

« Est-ce un roman féministe ? »

Oui ça l’est : si remettre dans la lumière des figures de femmes que l’Histoire a oubliées, rendre hommage à de grandes scientifiques, leur attribuer la réalité de leur participation aux recherches ou aux découvertes relève du combat féministe, alors oui, mon roman l’est, indéniablement.

Ce biais féministe interpelle les adolescent.es, très sensibilisé.es à la condition des femmes depuis les mouvements #metoo et Balance ton porc.

Il y a encore peu de temps, nombre de femmes occidentales ont dû lutter pour devenir mathématiciennes ou ingénieures. Et la misogynie entrave encore les vocations scientifiques des femmes. Les mentalités changent lentement.

L’association Femmes et Maths publie des chiffres édifiants et des études sociologiques passionnantes qui  témoignent de cette injustice qui pèse  aujourd’hui sur les liens entre les femmes et les maths.

Les langues se délient devant le destin de Katherine Johnson. Des lectrices, plus âgées, me relatent les brimades subies pendant leurs études supérieures scientifiques. Les réflexions machistes de leurs profs et les moqueries des étudiants masculins leur reviennent en mémoire. Elles se souviennent du mépris et de l’hostilité auxquels  elles se sont heurtées : « Vous n’avez rien à faire ici », « ingénieur n’est pas un métier de femme », « vous n’êtes pas logiques »…

verdun libraire noellineAvec Noelline,  super libraire d’Entrée Livre à Verdun

Être une femme noire aux Etats-Unis : la double peine quand on veut devenir mathématicienne…

Comme Sandrine Mariette l’explicite dans son article de la revue Elle,  l’histoire de cette mathématicienne afro-américaine qui a travaillé à la NASA repose sur un double combat,  celui « d’une surdouée dans un milieu scientifique ultra-misogyne et dans un pays vicié par la discrimination raciale ».

Grâce à ces rencontres si différentes les unes des autres, je navigue de l’histoire de la ségrégation, à la situation des femmes dans le milieu scientifique, aux coulisses de la NASA. Alain Ciriou, rédacteur en chef de la revue Air et Espace m’a ainsi confié qu’il avait été fasciné de redécouvrir l’histoire de la course à l’espace et  des premiers pas sur la Lune sous un  angle qu’il ne connaissait pas : celui des calculatrices noires de la  NASA. C’était pour lui passionnant de  regarder cet événement éclairé autrement. De lever le voile sur une autre facette de cette incroyable épopée qu’est la conquête spatiale.

Je bouquine

Je Bouquine, novembre 2019

Enfin,  dernier thème, et non le moindre, qui à chaque fois, intrigue l’auditoire ou les lecteurs, celui du roman biographique.

« Comment vous avez fait pour écrire ? Qu’est-ce que vous imaginez ? Qu’est-ce que vous inventez ? Qu’est-ce qui est vrai ? »

Au début de l’écriture (dont je parle sur la page du roman), après avoir interrogé plusieurs amateurs du genre, j’ai accepté le principe que le roman biographique se fondait sur un contrat implicite entre le lecteur et moi : nous savons tous les deux qu’il s’agit d’un roman avec sa part d’imaginaire, un roman dans lequel se plonger, un roman qui les amènera à ressentir des émotions, et à éprouver de l’empathie envers des personnages –  ce qu’un livre d’Histoire ne provoque pas.

Et nous savons tous les deux, le lecteur et moi, qu’une fois le livre fini, le lecteur aura le plaisir de se dire : « waouh, en plus c’est l’histoire de quelqu’un qui a existé« . En fait, l’aspect biographique confère une sorte de « valeur ajoutée » au romanesque.

En outre, je me rends compte que les adolescents aiment les récits sur des personnes ayant vraiment existé. Pour eux, le fait que Katherine Johnson ait réellement vécu (et vive encore d’ailleurs), est d’autant plus inspirant. Son destin peut devenir un modèle de vie possible, de combativité envisageable, de ténacité et de réussite atteignables.

dav
Un rayonnage consacré aux romans biographiques de la collection Destin (Litt’ Albin Michel) à la librairie Les Traversées, Paris 5ème. Avec le roman sur Marilyn Monroe de Fabrice Colin et celui sur Marie Curie et sa soeur de Natacha Henry.

Je crois à la vérité romanesque, dans sa pureté, son intégrité et sa force parce qu’elle  implique une rencontre entre les lecteurs et les mots d’un auteur, qu’elle est source d’empathie et provoque l’émotion ; parce qu’elle est un appel au voyage et qu’elle divertit ;  parce qu’elle questionne le monde et ses lecteurs, qui à leur tour  questionnent  le roman puis  le monde.

Le fabuleux destin de Katherine Johnson m’a encouragée à relever le défi du roman biographique. Et il se trouve que j’ai rencontré en cours d’écriture la romancière que je suis : mes choix stylistiques et narratifs, les émotions que j’attribue à Katherine, les moments et les dialogues que j’imagine, les scènes que  j’invente  sont  le reflet de ma sensibilité. Un.e autre auteur.trice aurait rédigé sur Katherine Johnson un ouvrage totalement différent du mien. Pour autant, les faits auraient été les mêmes.

J’ai  donc découvert le plaisir de m’attaquer à ce genre à part, qui implique de rester fidèle aux faits historiques mais de les entourer  d’imaginaire. Ces ajouts  ont paradoxalement le pouvoir de rendre les personnages plus réels, de les incarner jusqu’à ce qu’ils vibrent autant que des héros romanesques.

Possible qu’un jour, j’y retourne,

Dans la vie d’une  femme

qui a marqué son temps

Agi sur son époque

Essayé d’améliorer l’état du monde

Voulu le révolutionner, parfois.

Une  femme  réelle du passé,

Un  futur personnage de roman.

IMG_3082À la médiathèque de Vincennes, lors du lancement du roman

IMG_3080« Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’Humanité »

Lecture théâtrale de Combien de pas jusqu’à la Lune

Mai juin 2019, d’Aubervilliers à Saint-Junien

En mai et juin 2019…

Grâce au SLPJ , que je remercie vivement, j’ai  travaillé cette année avec une classe du collège Jean Moulin d’Aubervilliers dans le cadre d’un parcours Art et Culture au Collège. Je les ai rencontrés huit fois, et les ai faits écrire des nouvelles sur le passé, notamment industriel, de leur vile, des récits post’apocalyptiques qui se déroulent dans leur quartier. Ceux qui n’aimaient pas la fiction ont mené des interviews de gens importants pour eux, habitant leur ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les livrets regroupant leurs textes… Les photos de la soirée ©Jérémy Piot

Fin mai, nous avons édité leurs travaux dans un livret, comme nous l’avions fait pour la résidence à Vincennes, et deux comédiens ont lu leurs textes à la médiathèque d’Aubervilliers. Les élèves étaient ravis de cette représentation, qui rendaient leurs écrits encore plus vivants, incarnés, vrais. Et ils ont dédicacé les livrets à tour de bras.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Paul Scarfoglio et Adrien Madinier devant les collégiens !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La lecture se poursuit !
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Comme a dit le délégué de classe à l’issue de la Lecture, « merci c’était hilarant ! « 
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ce fut une belle expérience pour moi d’accompagner ces élèves dans un travail d’écriture. Certains, certaines ont vraiment réussi à se lancer dans un récit, à être dans l’identification et l’empathie avec leurs personnages. Bravo à eux et à elles !

Au salon Faites des livres de Saint-Junien, nous avons joué la lecture dessinée autour de mon roman historique Révoltées, qui se passe pendant la révolution russe. la représentation avait lieu dans l’ancienne Bourse du travail, située Place Lénine ! Ça valait une photo de groupe :

sdr
Avec les comédiens Arno Nguyen, Adrien Madinier,   Scarfoglio et le dessinateur Marc Lizano, place Lénine, prêts à haranguer les quatre classes de Troisième et de Seconde avec Les Nuages en Pantalon de Maïakovski.

Enfin, j’ai eu le plaisir de débattre avec Nathalie Donikian des récits historiques et des mouvements sociétaux dans mes romans.

Soitée slpj 23 maiEn pleine discussion avec Nathalie Donikian (@Slpj), merci à elle pour la pertinence de ses questions et son écoute bienveillante.

Ce fut l’occasion de parler pour la première fois de la biographie roman de Katherine Johnson, Combien de pas jusqu’à la Lune, qui m’a fait découvrir un nouveau genre. Et de lire des extraits de mon mythe slave Gromislav, qui sortira en septembre 2019 chez Aleph édition et est illustré par le très talentueux Tristan Gion !

 

 

Et le temps a filé de janvier à mai 2019

L’écriture très dense de mon roman Combien de pas jusqu’à la Lune, qui retrace la vie incroyable de Katherine Johnson, depuis son enfance en Virginie Occidentale jusqu’à a NASA, ne m’a pas empêché de participer à nombre de salons et rencontres en médiathèques et collèges, dont il est temps de parler ou au moins d’illustrer.

Merci à la formidable équipe d’Imagin’à Lire pour la programmation de Lumière, avec Sophie Forte et Marc Lizano au centre culturel d’Aye, où nous avons eu le temps de déguster du très bon champagne.

prix imaginaàlire

Lors de la remise du Prix Imagin’à Lire en mai 2019.

Merci aussi à la médiathèque de Conflans Sainte Honorine de nous avoir accueilli pour une lecture de Lumière, très sympa, devant un public qui avait pleins de questions à nous poser.

Le mois de Mars a été très dense. Il a commencé avec une lecture dessinée à la médiathèque de Châlons en Champagne autour d’U4.Jules avec Marc Lizano. Une première pour nous.

dav
Devant la fresque de Marc Lizano…

Les rencontres avec les élèves de 4ème de huit collèges autour de Cholet ont été roches de surprises. Les collégiens avaient toute liberté d’interpréter sous la forme qu’ils souhaitaient mes livres ou un de mes livres. Ils ont travaillé par petits groupes et m’ont fait de beaux cadeaux : pièces de théâtre, sculptures, films, fausses émissions de télévision… Tous les médias ont été exploités. Voilà quelques photos souvenir pour rendre hommage à leur travail et dire merci à Christine Parès, la médiathécaire qui a organisé ce projet.

dav
Des poupées autour de Nina Volkovitch
mde
Des affiches
dav
Un travail qui fait référence à Libérez l’ours en vous et à la Russie
dav
Une évocation poétique et sculptée de Libérez l’ours en vous
dav
Une adaptation en BD de Libérez l’ours en vous
dav
Les personnages de Libérez l’ours en vous fabriqués en matriochka pour « faire le lien avec la Russie présente dans mes oeuvres ». Certains ont choisi des personnages secondaires qui leur plaisaient plus.

Le salon Lire et Délires de Cormontreuil nous a aussi invités cette année, pour une lecture de Lumière et des rencontres autour des Zombies zarbis et des albums Paloma.

dav
Avec des CP et des CE1, nous leur avons fait écrire, eux, les dialogues. Les enfants ont rempli les bulles de la BD muette avec un grand talent de scénaristes.
dav
Ce que nous avons refait lors de notre venue à Rochefort, où la série Paloma était en sélection des P’tits Bouquineurs ! Merci à Nathalie Lévèque et à toute l’équipe !

dav

sdr
Enfin, j’ai été accueillie par un Flash Mob de haut niveau, sur Thriller de Mickael Jackson, par une classe de CM2 absolument géniale qui avait tout compris à la folie de nos zombies !

Enfin, je finis cet article par un clin d’oeil à l’équipe de La Revanche des Princesses (Poulpe Fiction), qui a reçu un beau succès d’estime depuis sa sortie. Tout le monde en parle ! Merci à la librairie Mollat qui a soutenu cette sortie avec passion et talent. Aux Escales du Livre à Bordeaux, aux instagrameuses, aux blogs, à la presse…

Les princesses nous ont fait vivre aussi, notamment à Anne Fleur Multon et moi, d’intéressantes rencontres au salon de Genève et à la mairie du 5ème ! Dont voilà un souvenir :

dav
Le général de Gaulle s’est emparé du livre et ne veut plus le rendre malgré les efforts d’Anne Fleur Multon.

La Nuit de la Lecture

En Janvier 2019,  la Nuit de la Lecture  clôturait ma résidence, merveilleuse, à la médiathèque de Vincennes : Paul Scarfoglio et Adrien Madinier (de la compagnie Carrelage Collectif) ont interprété avec brio et humour les textes rédigés par les Vincennois que j’avais rencontrés au cours de cette année. La salle des Académiciens était comble. Ce fut un beau moment !

Merci à Nathalie Bertin pour son discours si touchant, à Brigitte Maury pour son efficacité et sa bienveillance au cours de cette année, à Emilie Hadjinde, indispensable, énergique, enthousiaste. Merci aussi à toute l’équipe de la médiathèque et aux professeurs.

Quelques photos souvenirs signées ©Anne Charlotte Compan :

190119_NUIT_DE_LA_LECTURE_VINCENNES_ACCOMPAN

Paul Scarfoglio et Adrien Madinier en plein duo !

190119_NUIT_DE_LA_LECTURE_VINCENNES_ACCOMPAN

190119_NUIT_DE_LA_LECTURE_VINCENNES_ACCOMPAN

Un moment d’émotion, avec Nathalie Bertin, libraire à Millepages Jeunesse et Brigitte Maury, directrice de la médiathèque de Vincennes.

190119_NUIT_DE_LA_LECTURE_VINCENNES_ACCOMPAN

Avec des petits lecteurs extraordinaires <3

190119_NUIT_DE_LA_LECTURE_VINCENNES_ACCOMPAN

Un petit discours en préambule et en toute décontraction…

********

Une semaine plus tard, le 19 janvier, l’écrivaine Valentine Goby m’a fait la joie de venir parler de ses sublimes livres, de son rapport à la Grande Histoire, de sa manière de travailler ses romans si ancrés dans le réel et si poétiques en même temps. Et comme elle sait si bien le faire, elle a su captiver son auditoire.

Valentine Emilie Carole

Je suis bien entourée d’Émilie et de Valentine !

Montreuil, 2018

Ce fut une fois encore un beau salon.

La fête a commencé avec la lecture dessinée de Zombies zarbis, avec Marie Pavlenko et Marc Lizano ! Il a réalisé en une heure une magnifique fresque, où nos personnages prenaient vie sous le regard des enfants.

Ensuite, ce fut notre troisième date du Happening Futuriste, avec Adrien, Paul, Arno et Marc (aux pinceaux).

Les comédiens ont harangué le public adolescent avec la fougue du poète.  Le nuage en pantalon, poème déstructuré, à la fois intime et universel, est un appel viscéral à la révolte porté par une langue unique. Et je constate une fois encore à quel point les mots de Maïakovski, lus par les trois comédiens, contextualisés autour de mes personnages romanesques, et mis en image par Marc, résonnent chez les jeunes d’aujourd’hui !

Après la représentation, des collégiens et des lycéens ont d’ailleurs eu envie d’en discuter avec les comédiens, le dessinateur et moi. Ce fut un riche échange.

sdr

sdr

dav
L’équipe au complet !

davdav

 

Ensuite, il y a eu le débat « Écrire le futur pour des adolescents », avec Yves Grevet, Nathalie Stragier et Stéphane Servant, dont j’aime beaucoup les livres, si différents.

Entre humour, poésie, suspens, réflexion sur le présent et sur le passé, le futur autorise tous les styles et  types de narration possibles.

débat futur 2

de gauche à droite, Stéphane Servant, Carole Trébor, Yves Grevet, Nathalie Stragier
de gauche à droite, Stéphane Servant, Carole Trébor, Yves Grevet, Nathalie Stragier

Enfin, ce salon était marqué par une volonté de mettre en avant les injustices et drames de notre monde d’aujourd’hui.

Nous avons participé, à notre petit niveau, avec Damien Roudeau, dessinateur engagé à Paris d’Exil, aux rencontres sur l’accueil des migrants en France. Autour de notre exposition Dans ce pays, Damien a dessiné des portraits de migrants, et raconté au public ses expériences dans la jungle de Calais. J’ai lu mon poème et discuté avec des adolescents. Leurs réponses, leurs questions, leurs images sont fortes et prouvent qu’ils sont impactés.

damien carole

Je retiens la question d’un collégien : « Mais pourquoi, si c’est aussi dur pour eux de venir et s’ils mettent deux ans à arriver chez nous, on ne les accueille pas ? »

avec Damien

L’association Encrages qui fait un travail formidable, a réalisé un mur d’affiches et a organisé de nombreux débats pour alerter, discuter et encourager les différents professionnels de la chaine du livre à s’engager à leur manière aussi. Des représentants de la Cimade sont aussi venus parler de leurs actions auprès du public.

C’est vraiment fondamental de sensibiliser les enfants et les adolescents au sort des migrants qui arrivent en France.

L’exclusion, la peur de l’autre et la violence autorisée, légalisée, ne doivent jamais devenir normales, ni pour eux, ni pour les adultes qu’ils vont devenir. Nous pouvons tous agir pour que les enfants et les adolescents ne se coupent pas de leur empathie face aux êtres humains qui arrivent en France. Qu’ils n’oublient pas qu’un migrant sur trois est un mineur…

Et quelques liens vers la presse qui évoque mon travail  :

Le Parisien, 27 novembre, « Cinq bonnes raisons d’aller au salon de Montreuil »

Le Monde, 25 novembre, « Au salon de Montreuil, l’Histoire en première ligne »

La Croix, 27 novembre, « pour les ados, les romans noirs sont un lieu de confrontation ç la réalité »

Le Parisien, 30 novembre, « Notre top 10 des sorties de ce week-end »

 

 

 

Brèves d’automne

À Fougères, en Bretagne,du 15 au 17 novembre 2018

Quand mon roman Révoltées inspire les collégiens de Fougères, ça donne de magnifiques portraits d’hommes et de femmes révoltés, d’où ressortent des personnes qui pourraient m’inspirer un roman… Des personnes dont j’ignorais l’existence, comme Thérèse Pierre, une résistante de Fougères, une des premières féminstes, Hubertine Auclert,Catherine Brechkovski, une révolutionnaire russe.

dav

dav

dav

Leurs portraits, illustrés et encadrés brassent toutes les époques d’Oleg Stensov, Simone Weil, Nelsoln Mandela, Lénine, Rosa Park, Nina Simone jusqu’à… Spartacus.

D’autres élèves se sont appropriés le futurisme russe pour parler de leurs révoltes d’aujourd’hui à travers de magnifiques poèmes. Bluffant…

dav

dav

dav

Et ce, dans une ville où une centaine de petites usines fabriquaient des chaussures à la fin du 19ème siècle. Les derniers ouvriers ont arrêté de travailler en 1985. La ville garde la trace de ses entreprises, les habitants élaborent la mémoire du passé industriel de leur ville, à travers la récolte d’objets et de souvenirs. Ce week-end-là, les Gilets jaunes bloquaient les ronds points, mais ils ont laissé passer notre car d’auteurs.

À Albert, dans la Somme, 26 octobre 2018

Depuis cinq ans déjà, Nina Volkovitch ne cesse de parcourir la France à la rencontre de nouveaux adolescents. A Albert, dans le cadre d’un EPI Arts Plastiques/Français, les élèves lui ont fabriqué des armes, des masques de protection, des clés et ont élaboré des plans pour l’aider à s’enfuir de l’orphelinat de Karakievo. Ils ont aussi créé des panneaux illustrés, exprimant leur avis sur le roman, leurs moments préférés, les idées qu’ils en gardaient.

dav
Un ensemble de clés du gardien de l’ophelinat, Nina a volé un jeu pour s’enfuir.
dav
Un dessin que la maman de Nina lui a laissé
dav
Un plan de l’orphelinat à Moscou

dav

dav

dav

Et ce, dans une ville rasée en 1918, en pleine ligne de front, et entièrement reconstruite en briques dans les années 1920 1930.

À Paris, en octobre-novembre, Brèves

Edouard Baer lit mon récit sur la momie (E-pub, Belin édition), et ça fait très plaisir….

Nos zombies zarbis sont dans la sélection des ouvrages  pour les moyens lus et recommandés par le SLPJ de l’année 2018, ça fait aussi plaisir.

Ma résidence à Vincennes touche à sa fin, déjà. Quelle chance, d’être écrivaine en résidence dans une médiathèque aussi extra, de rencontrer de belles personnes comme ça, d’animer des ateliers d’écriture qui me font réfléchir et progresser,  de renouer avec l’apprentissage du russe avec une prof  passionnée et des élèves touchants, de revoir quinze ans après mon premier documentaire sur les artistes russes en exil et d’en discuter avec des spectateurs de tout âge…

À Poitiers, le 7 novembre

La forêt a pris ses couleurs d’automne dans la Vienne et la médiathèque de Montamisé m’accueille sur la demande du club de lecteurs ados, il y a des sourires que je n’oublierai pas.

Un article sur la rencontre: ici

Bientôt, le salon de Montreuil, un beau programme nous attend.

Puis, le 19 janvier, un spectacle de restitution de ma résidence à Vincennes, pour la Nuit de la Lecture à la médiathèque.

 

Happening futuriste russe à Vincennes

Le 16 juin, la librairie Millepages nous ouvrait sa cour pour haranguer la foule avec les vers de Maïakovski !

28979633808_71a4fd8d25_o

Marc Lizano réalisait devant le public des fresques illustrant le contexte révolutionnaire et narratif, puis un tableau futuriste.

27983471017_ce1c7c7b85_o

41041538290_a54df68860_o

Paul Scarfoglio, Arno N’Guyen et Adrien lisaient des extraits de mon roman Révoltées et du poème Le Nuage en pantalon de Maïakovski (1914).

42803793552_4108eeaa66_o          42803912642_ab097a70d6_o41041645910_eb5cd2d6e1_o

La fougue du poète était parmi nous. Son élan et sa colère résonnaient du balcon. Et parfois sa douceur jaillissait de ses mots qu’il  balance comme autant de pavés.

41951912595_9eda75b17d_o   42852388981_06b47dcbd0_o41041434320_6b2afaca78_o41951878595_ecbb7f2c6a_o

Ce fut un beau moment qui a été capté pour Remue.net. En cliquant ici, vous pouvez le visionner.

42803990252_89e946eb54_o

Surprises de printemps

Les mois de mai et juin offrent leur lot de belles rencontres avec des profs, des collégiens, des lycéens et des libraires.

Une couverture et une 4ème de couv, qui m’a touchée de Libérez l’ours en vous, réalisée par Camille à Magny en Vexin…

couverture Camille 303

Des book trailers de U4, tous plus efficaces les uns que les autres, réalisés par le club de Croq’Lecture, animé par Sébastien Féranec, qui fait un travail formidable dans son CDi, avec ses élèves…

Des petits de Maternelle  ont travaillé sur les émotions, à partir des expressions de Paloma puis ils ont ont inventé l’histoire de Paloma à partir de notre série de BD muette ! Trop forts !

dav

dav

dav

dav

Et voici leurs avis sur Paloma :

dav
Merci !

Une lecture dessinée de Lumière qui a réuni Marc et Paul. Et c’était un beau moment au salon de Saint Junien…

lecture lumière 4

lecture lumière 8lecture lumière2

lecture marc marc dessine 2

paul maman2

La lecture de Révoltées, de poèmes de Maïakovski avec une fresque futuriste dessinée en live se prépare pour le 16 juin à Millepages à 16 heures.

affichetrebor

 

Rencontres en CDI et en salons…

Ci-dessous, divers éléments créés par des élèves lors des rencontres autour de Révoltées des derniers mois.

A l’occasion de la remise du Prix des Ados de Deauville, remporté par la talentueuse Sylvie Allouche pour son thriller haletant Stabat Murder, des élèves de Normandie m’ont offert des boites représentant les combats sur les barricades.

bty
bty
bty
bty
bty
bty

Au collège E. Zola de la Glacerie de Cherbourg, les élèves ont travaillé sur des portraits de femmes révoltées dans l’Histoire. Ils ont exposé leurs travaux.

bty

bty

Puis cela a été l’occasion de dédicacer à la librairie du Centre Culturel Leclerc de Tourlaville. Jolie rencontre avec des libraires super sympas.

bty

Au lycée Roosevelt de Reims, les élèves ont créé une carte interactive de Moscou en 1917, reprenant les lieux où se rendent Léna et Tatiana. Très impressionnant.

bty

Et ils ont aussi organisé un nuage de thèmes dégagés à partir du roman.

carte mentale Révoltées - thème roman

Au collège de Saint-Thierry, les élèves ont écrit des poèmes sur ce qui les révolte à partir de leur lecture de Révoltées. Leurs poèmes illustrés sont exposés au CDI. Ils s’insurgent beaucoup contre les mauvais traitements réservés aux animaux, contre la chasse, contre le racisme, contre la pollution et le réchauffement de la planète. Certains évoquent le harcèlement, la violence de la maladie et la misère des sans-abris.

bty

bty

Au collège de Magny en Vexin, avec l’association Croq’ Lecture, les collégiens m’ont interviewée sur Révoltées. Leur interview, c’est ici.

Au collège de Sézanne, j’ai joué à un jeu de l’oie créé par les élèves autour du roman  Lumière. Les questions étaient super pointues. Gloups.

Et une élève m’a dessinée pendant la rencontre à Epernay. Merci à elle !

bty

Et pour finir, un petit souvenir dans la presse : article union 24 03 2018

Soirée Roman et Théâtre, Millepages

Un résumé photographique d’une soirée fort sympathique.

De théâtre et romans, nous causâmes.

« Mais aussi de temps de récit » – nous dit l’une.

« Et de diktats et de cadres » – reprit l’Autre.

D’adjectifs et d’averbes, trop peu s’en faut.

Et de dialogues, qui vont à l’essentiel, la vie est belle.

FullSizeR

Nathalie Bertin, libraire de Millepages Jeunesse introduit le débat avec Alexis Ragougneau (que l’on ne voit pas) et moi…

FullSizeR_3

Mon pull est à l’envers, ça ne se voit pas.

Mais j’y pense.

dav

bty

Ma poto Flore Vesco

A cuisiné des gâteaux

-ours très beaux.

Merci à Flore et ses talents multicolores.

dav
#Yves Grevet, Nathalie, Charlotte… Quand des auteurs et des libraires se détendent après le débat. @la classe internationale.